JEUX   DE   MA   JEUNESSE   AU   VILLAGE


 

Dans  ma  jeunesse  au village  j'ai  connu le  jeu  du  palet  qui  consistait  à  mettre  une  pièce  de  monnaie  derrière  un  morceau  de caillou  bien  taillé  pour  tenir  droit,  il  fallait  à  l'aide  d'un  palet  faire  tomber  le  caillou  et  celui   dont  le  palet   était  le  plus   proche   de  la   mise   l'emportait,  c'était  un   peu   les   mêmes  règles     que  celles   de   la  pétanque.

------

Le  jeu  du  béret  qui  pour  moi  est   l'ancêtre   du  Freesbee   avec   les  mêmes  sensations. 

-----

Le   cerceau ,  que   j'aimais   beaucoup,  dont   j'avais   adapté   le   fer   afin   que   le  cerceau   n'aille   pas   au   diable  ni  dans  les  descentes   ni   au   fond   des   ravins   lorsque  j'étais  à   la   campagne  chez  mes  grans-parents.

-----

La  "carroutselle"  (prononciation   entendue)  qui   était   une   carriole   dirigeable   à    3   roulements   contrairement   à   Philippeville   ou   elles   en   avaient   4.

(Ils   étaient   plus   riches   à   Philippeville)

J'en   ai    fabriqué   des   "carroutselles"   dans   ma   jeunesse,   j'en    ai    fait    pour   moi :  toutes  cassées   par   mon   père   et   pour   les   copains   qui    me   payaient   en   roulements . 

Il   faut   dire  qu'elles   filaient   vite   sur   les   descentes   très  pentues  du  village .

Mais   heureusement   qu'en   ce   temps   béni   il   n'y   avait    pas   beaucoup    de   véhicules   automobiles  ou  autres,  maintenant   cela   serait   impossible   et   complètement    inconscient    de    s'y   amuser,  je   dirais   même   suicidaire.

-----

A  la  fête  foraine  il  y  avait   le   jeu   de   TCHIK-TCHIK   qui   consistait  à  miser  sur  des  cartes  collées  sur  une  planche  de  la  baraque  foraine  puis  de  prendre  dans  un  sac  des  petits  tubes  dans  lesquelles   se  trouvaient  des petites  cartes  enroulées que l'on  sortait  à  l'aide  d'un  bâtonnet, si  la  carte  sortie  était  identique  à  celle(s)  misée(s)  on  gagnait  un  lot (c'était  souvent  un  canard).

-----

Il y  avait  au  moment  de   la  saison  des  abricots  le  jeu  des  noyaux.

On  prenait  des  noyaux  dans  une  main  et  on  demandait  à  l'autre  joueur  : "Bon  ou  Mauvais".

Il  répondait  ce  qu'il  voulait,   si  la  réponse  correspondait  au  nombre  de  noyaux  dans  la  main  il  récupérait  les  noyaux  sinon  il  remboursait  le  même  nombre.

Bon  voulait  dire  "pair"  et  mauvais  "impair". On  n'avait  pas   encore   les   tablettes  informatiques   ou   les   jeux   électroniques.

-----

On   avait   aussi   un   jeu  fabriqué   avec  des  bobines   de  fil   en   bois.

A   cette  époque   les  bobines  étaient   en   bois   pas   en   plastique.

Un  élastique  doublé  entré  par  un  côté  et  sortant  de  l'autre  avec  une  allumette  que  l'on  tournait  puis  on  posait  la  bobine  par  terre  en tenant  l'allumette que  l'on  relâchait  une  fois  par  terre,  et  les  bobines   faisaient  la  course.

Comme  l'on  voit  ce  sont  des  amusements  simples  et  qui  ne coutaient  pas  chers.

-----

Il  y  avait  aussi  le  sou  troué  (monnaie  d'avant  guerre),  on  pliait  une  petite  feuille  de  papier  en  2  ou  4  puis  l'on  taillait  des  franges  à  l'aide  de  ciseaux,  on  roulait  la  feuille  du  mieux  possible  afin  qu'elle  entre  durement  dans  le  trou.

On  rabattait  la  feuille  et on  ébouriffait les  franges.

Le  jeu  consistait  à   taper  avec  le  pied   ou   le  genou  dans   le   sou   pour   faire   le   plus  grand   nombre   de  coups.

Dans  l'Algérois et l'Oranie  on  appelait  cela  le  pitchac  mais  était  fait  différemment.